Retour au sommaire

L'actualité de la franchise



DOSSIER : 10 raisons pour choisir la franchise

Vous voulez changer de vie et devenir votre propre patron ? Pourquoi ne pas opter pour la franchise ? Transmission du savoir-faire, assistance technique et synergies du réseau... Découvrez 10 raisons pour créer ou reprendre une entreprise en franchise.

10 raisons pour se lancer en franchise plutôt que de créer seul.

1. Un concept « à succès »

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la franchise est une formule qui marche. Environ 300 000 entreprises sont créées chaque année. 60 % d’entre elles passent le cap de la troisième année. En rejoignant un réseau, l’entrepreneur optimise ce taux de réussite, avec 90 % d’entités encore en activité après cinq ans. 2008 voit apparaître 104 nouveaux réseaux, soit une hausse de 10 %. Près de 6 000 affaires sont lancées chaque année, en France, sous ce type de contrat.


2. Devenir son propre patron

En intégrant un réseau, les intéressés conservent leur indépendance juridique et financière. Ils sont les seuls gestionnaires de leur projet, et les responsables de son bon fonctionnement. La loi Doubin (1989) oblige l’enseigne à fournir un Document d’Information Pré-contractuelle (DIP), qui définit les conditions d’accès au réseau. Mais ni ce dossier, ni le contrat, ne doivent fixer une quelconque soumission du franchisé au franchiseur : les deux parties sont partenaires.


3. Exercer un nouveau métier

Il est possible d’intégrer tous les secteurs d’activités. Autant d’orientations - ou de réorientations - possibles. Les profils d’actifs choisissant de rejoindre un réseau sont variés : jeunes, cadres en reconversion, commerçants indépendants, salariés… Lors de leur recrutement, l’accent ne sera pas forcément mis sur le fait qu’ils aient déjà travaillé dans le domaine visé. Le plus important n’est pas vraiment le CV du candidat, mais bien sa motivation, son esprit entrepreneurial et managérial.


4. S’appuyer sur une enseigne forte

L’entrepreneur bénéficie d’une marque à forte notoriété. Nul besoin pour lui de faire ses preuves au moment de la création du label : il jouit du travail antérieur du franchiseur qui a su développer et faire fructifier ses idées. Cela lui garantit une base de clientèle, ainsi qu’une crédibilité vis-à-vis des organismes bancaires, auprès desquels il devra solliciter des prêts. En accédant ainsi à un réseau, il profite de l’expérience accumulée de ce dernier.


5. Bénéficier d’un savoir-faire existant

En intégrant un nouveau franchisé, une tête de réseau « loue » aussi son expérience, ses innovations, sa pratique du métier… Elle transmet la « bible » de son activité au franchisé : un ouvrage contenant méthodes et codes nécessaires à une duplication parfaite de la société qu’elle a créée. Selon le règlement communautaire de 1999, c’est « un ensemble d’informations pratiques non brevetées substantiel, identifié et secret ». Elle lui transmet également ses signes distinctifs : logo, nom commercial, sigle, marque de fabrique, etc.


6. Se concentrer sur l'opérationnel

Le franchiseur se charge de faire évoluer le concept. Libéré des problématiques de stratégies, le franchisé peut donc se concentrer uniquement sur l'opérationnel. Il bénéficie de toutes les innovations conçues et testées auprès des clients par l'enseigne : il peut s'agir de nouveaux produits ou services, d'une nouvelle présentation ou d'un service clients, etc. Le franchiseur peut également lui proposer des outils pour l'assister dans la gestion de son affaire.


7. Une assistance technique permanente

Elle intervient dès la signature du contrat. Cela inclut l’aide au lancement, la formation du franchisé et de son personnel ; une prestation d’ingénierie ; des plans types pour l’aménagement du point de vente, pour l’assortiment et la présentation des produits ; une plate-forme logistique, etc. Cela assure à l’entrepreneur un cadre normé et sécurisé pour développer son projet, et une « mise à jour » constante de sa structure.


8. Une concurrence minimisée

Très souvent présente dans les contrats, l’exclusivité territoriale n’est cependant pas obligatoire. Elle garantit au franchisé qu’il sera seul sur une zone géographique donnée, excluant ainsi la concurrence d’un autre magasin de l’enseigne.

L’exclusivité de produits n’exclue en rien l’adaptation au marché local par l’entrepreneur, laissant libre cours à sa créativité. Mais elle n’évite pas non plus la distribution – certes restreinte - des produits de la marque par des entités extérieures (supermarchés, etc.).


9. S'appuyer sur un réseau

Peu de risques de tomber dans l’ennui, quand on entreprend en réseau. Outre l’aventure de créer son entreprise, le franchisé participe aux tribulations de son enseigne-mère. Innovations, « sites-pilotes », élargissement du réseau… D’autre part, l’entrepreneur n’est pas seul. Il peut confronter ses idées et ses problèmes au reste du réseau, trouvant ainsi des solutions et un soutien psychologique.


10. Fin de contrat « en douceur »

La cession d’un point de vente, même bien placé, tient souvent du casse-tête. Au sein d’un réseau, l’opération se fait dans de bonnes conditions. Le franchisé peut céder son fonds de commerce à un nouveau candidat, que la tête de réseau devra recruter, ou au franchiseur lui-même.

01.07.2009,  Thomas Poupeau

avec
Les Franchises partenaires CessionPME

Renforcez votre notoriété, recrutez des candidats, trouvez des locaux... devenez partenaire >

CREDIT PROFESSIONNEL CREDIPRO France
VITA LIBERTE
SUBWAY
Schmidt
BUREAU VALLEE
CARREFOUR