Retour au sommaire

L'actualité de la franchise



Diagnostiqueur, un métier utile et indispensable

Lors de la vente d’un bien immobilier, le vendeur doit fournir à l’acquéreur des diagnostics : amiante, plomb, termites, métrage dit « loi Carrez », performance énergétique (DPE), etc. Ces diagnostics n’ont qu’une vocation informative (ils ne bloquent pas la vente), mais doivent pour la plupart être effectués par un professionnel certifié : le diagnostiqueur.

Comment devenir diagnostiqueur ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que le diagnostiqueur est un professionnel certifié qui a suivi des formations spécifiques lui donnant les connaissances théoriques et pratiques pour estimer l’état d’un bien au regard de certains éléments de risque. Il faut donc se former sur chacun des diagnostics possibles : amiante, DPE (performance énergétique), termites, plomb, gaz, électricité, métrage loi Carrez.

Certains des diagnostiques sont plus simples à mener que d’autres et vous pouvez avoir envie de vous spécialiser, d’autant que pour effectuer certains diagnostics, comme par exemple la recherche de plomb, vous devez avoir un matériel (coûteux) de fluorescence X.

Une fois formé, et pour chacun des différents diagnostics, vous serez titulaire d’une certification émise par le comité français d’accréditation (Cofrac) valable pendant 3 ans.

Les missions du diagnostiqueur, et ses revenus

Le diagnostiqueur a pour vocation d’effectuer les diagnostics pour lesquels il a été formé (il est donc en déplacement constant), avec éventuellement une partie analyse de matériaux pour les diagnostics plus complexes liés à la présence d’amiante ou de plomb.

Ces diagnostics doivent être restitués aux clients (souvent une agence immobilière qui le fait pour ses clients) pour transmission aux notaires, une partie du temps est donc consacrée à l’écriture des rapports de diagnostics.

Concernant le chiffre d’affaires envisageable, la question est plus complexe car les prix sont libres en matières de diagnostics. Les prix sont plus élevés en ce qui concerne le gaz, l’électricité et le plomb, tandis qu’un métrage selon la loi Carrez sera moins cher. En effet, pour les premiers la moyenne des prix pour un appartement familial sera de 150 à 200 euros, tandis que la mesure des superficies sera facturée aux alentours de 100 euros. En contrepartie, la mesure des espaces est plus rapide et donne lieu à un livrable beaucoup plus simple, il s’agit donc d’un choix stratégique que de décider de faire plus l’un que l’autre (quand on peut faire ce choix bien sûr, la plupart du temps le diagnostiqueur fait un forfait « tout diagnostics »).

Au final, un diagnostiqueur bien établi peut espérer un CA de 300 à 600 euros par journée.

Etre diagnostiqueur franchisé

Il existe plusieurs franchiseurs dans le secteur, et la plupart ont des offres très similaires dans l’esprit : le réseau peut vous former aux diagnostics, il peut vous aider dans la communication (mini site web, publication de newsletter, opérations de communication locales, etc.), il peut vous assister en matière de gestion.

Par ailleurs, un point différentiant important est sur le matériel de diagnostic (est-il fourni par le franchiseur) et surtout sur les logiciels métier. En effet, la réalisation (il ne faut rien oublier), puis la saisie des diagnostics et la création des rapports sont parmi les tâches qui consomment le plus de temps, et qu’on ne peut pas rater (impossible de retourner chez le client). A ce titre un logiciel métier pratique, disponible sur tablette ou mobile, est un plus indéniable.

Enfin, concernant les aspects financiers, l’investissement global nécessaire va justement dépendre du niveau de formation, des logiciels métiers et de la notoriété de l’enseigne. Il faut considérer qu’un investissement autour de 50 000 euros est dans la moyenne, et qu’ensuite une redevance de quelques centaines d’euros par mois est dans la norme.

Les Franchises partenaires CessionPME

Renforcez votre notoriété, recrutez des candidats, trouvez des locaux... devenez partenaire >