Actualités : Choisir la forme juridique de sa société


Rechercher des articles publiés par les experts : Devenir Partenaire Expert

posté par CESSIONPME.COM  le 01/10/2018

Vous souhaitez monter un business mais vous n’êtes pas un grand connaisseur du monde entrepreneurial et vous ne savez pas quelle forme doit prendre votre entreprise : nous allons vous aider à comprendre les différentes formes juridiques afin que vous y trouviez celle qui correspond à votre projet !

Un choix de nombre : se lancer en solo ou à plusieurs ?

La première étape lorsque l’on créé sa société, c’est de savoir avec qui on va vivre cette aventure. Si vous souhaitez vous lancer dans une création d’entreprise en solitaire, alors il faudra choisir une forme de société unipersonnelle, donc plutôt une EIRL, une micro-entreprise, une EURL ou une SASU.

Si vous souhaitez vous lancer dans cette création avec un ou plusieurs associés, il faudra plutôt étudier des formes juridiques de type SARL ou SAS.

Un choix selon l’amour du risque

En tant que créateur d’entreprise, vous devez vous préserver des soucis que peuvent engendrer une entreprise, mais selon que vous êtes enclin à prendre des risques ou que vous préférez partir sur un risque minimal, le statut juridique de l’entreprise peut tout changer.

En effet, pour protéger ses biens personnels, le créateur d’entreprise peut partir sur une forme juridique avec une responsabilité limitée aux apports : SARL, EURL, SAS, ou encore SASU, EIRL et SA.

Un choix de forme juridique adéquate à l’activité

Il est important que la forme juridique de votre entreprise corresponde à vos besoins, car selon l’activité qui sera exercée dans le cadre de la société, il peut être obligatoire d’avoir un statut particulier.

L’obligation d’une forme juridique selon l’activité est rare, mais existe bel et bien, par exemple, dans le cas d’une activité de vente d’alcool ou de vente de tabac, ou dans le cas d’un montage juridique ou fiscal sous forme de holding. Pour les autres activités, il s’agit plutôt d’un choix astucieux selon les avantages et inconvénients de chacune des formes juridiques, que d’une obligation.

Un choix financier

Bien entendu, lorsqu’on se lance dans l’aventure entrepreneuriale, l’idée de réussite ou de rémunération n’est pas loin : non pas par amour de l’argent forcément, mais simplement car l’on souhaite que son projet marche et qu’il faut bien gagner sa vie.

Si l’on pense profiter des dividendes comme revenus, il faut choisir une forme juridique avantageuse : SAS, SASU, SA ou EURL s’il s’agit d’un gérant qui n’est pas associé dans l’entreprise, voir une SARL si le gérant possède 50% des parts de l’entreprise ou plus.

Si l’on pense que les revenus seront transmis via une rémunération officielle, alors mieux vaut choisir une SARL, avec un statut de gérant minoritaire, c’est-à-dire en possédant moins de 50% des parts de la société.

Un choix stratégique

Si le fonctionnement de la société est au cœur de votre préoccupation principale, et que vous souhaitez que la forme juridique vous apporte une souplesse d’organisation, il faut choisir une SAS ou une SA, qui ont des statuts très libres, mais dangereux. Si vous préférez avoir une gestion cadrée par la loi, pensez à prendre un statut plus strict comme celui des SARL ou SNC qui ne permettent pas de faire de folie, mais offrent un cadre sûr.

ImprimerFacebookTwitterGoogle+